Close
get_ajaxlogin()

Le Champ-de-Mars transformé samedi en terrain handisport

Publié par | Actualités |
Le Champ-de-Mars transformé samedi en terrain handisport

Samedi, le Comité départemental handisport et le Lions Club convertissent l’esplanade en vitrine des différentes disciplines praticables en Charente.

Actuellement la Charente compte environ 150 licenciés en handisport, dont trois sportifs de haut niveau médaillés lors des derniers Jeux paralympiques de Pékin. Le Comité départemental handisport ne peut pas rêver meilleurs symboles. Malgré leurs résultats dans le sport, tout comme dans bien d’autres domaines, nombre de personnes handicapées sentent toujours un certain regard peser sur eux.

Monique Blanchard, du Lions Club, et Daniel Manzanas, président du Comité handisport. PH. I. LOUVIER

C’est justement pour changer ce regard que Daniel Manzanas, président du Comité départemental handisport, et Monique Blanchard, présidente du Lions Club Angoulême Renaissance, se sont alliés. Sans oublier Quantin Schillé, agent de développement du Comité régional handisport. Ensemble, ils ont concocté une journée de découverte et de promotion du handisport en plein cœur de la ville d’Angoulême. Bref, samedi de 10 à 18 heures, ils vont animer l’esplanade habituellement bien vide du Champ-de-Mars.

Essayer pour comprendre

« Nous innovons, car nous avons du mal à faire venir le public dans les clubs. Il y a quelques années, nous avions participé à Place au sport, une grande fête du sport qui faisait la promotion de toutes les disciplines proposées à Angoulême, pas seulement handisport. Ça avait cartonné, car c’était en extérieur : place des Halles, place Saint-Martial et au Champ-de-Mars », explique Daniel Manzanas. Pour lui, promouvoir le handisport à ciel ouvert, au cœur de la ville, était une condition sine qua non.

Natation, cyclisme, tennis de table, judo, pétanque, équitation, aviron, escrime, tir, basket… Samedi, les badauds du centre-ville découvriront les différentes disciplines praticables en Charente par les personnes handicapées physiquement. Le sport adapté étant destiné à celles souffrant de handicap mental. « Pour les disciplines difficiles à faire découvrir en ville comme le ski ou la natation, nous projetterons des films d’entraînement ou de compétition. Pour les autres, nous inviterons le public à les essayer. Il y aura des espaces délimités pour chacun des sports », détaille Daniel Manzanas.

Ainsi, des fauteuils roulants et des handbike seront à disposition, et des matches organisés. Certains oseront-ils défier Jean-Philippe Robin, champion paralympique de tennis de table ? Daniel Manzanas l’espère bien. Chaque participant repartira avec un petit lot.

« On ne peut pas comprendre sans essayer, estime le président du Comité départemental. Le sport est surtout un moyen de communiquer et de montrer que l’aspect physique n’est pas l’essentiel, dans une société où l’image a de plus en plus d’importance. L’objectif, c’est que lorsqu’un adulte ou enfant discute avec une personne handicapée, il oublie le handicap de son interlocuteur pour enfin voir la personne. »

Quant à Monique Blanchard, elle souhaite montrer « qu’on peut aider des associations par le don de notre temps, et pas seulement par la finance ». Travaillant au lycée Jean-Rostand à Angoulême, elle a déjà sollicité Daniel Manzanas pour des interventions au sein de l’établissement. « Depuis, nous accueillons des lycéens en situation de handicap, et les mentalités ont peu à peu changé. » Le regard évolue donc, doucement, mais sûrement.

Publié par LINDA DOUIFI dans Sud Ouest Charente du 28 avril 2011

 


Commenter cet article